Lettre mensuelle de DLCM Finances .

Lire cet email dans votre navigateur


Octobre 2017

Le mois de septembre a été marqué par les tensions géopolitiques renouvelées entre les US et la Corée du Nord. Les banques centrales n'ont pas été en reste. 9 ans après le début de l'accroissement phénoménal du bilan de la Fed, les gouverneurs de la Federal Reserve américaine ont fait un pas modeste mais résolu vers une réduction de la taille de ce bilan, du moins dans leurs discours. Une page se tourne. Par ailleurs, Janet Yellen a surpris le marché en laissant entendre qu'il y aurait encore une hausse de taux en 2017 et 3 en 2018.

LES TOPS DU MOIS

LES FLOPS DU MOIS

• Bons chiffres macro-économiques

• La réforme fiscale de Donald Trump revient sur le devant de la scène

• Tensions réitérées entre les US et Corée du Nord

• Les discussions sur le Brexit s'enlisent

L'ALLOCATION TACTIQUE

ACTIONS : L'Europe en tête

Le mois de septembre a été un bon cru pour les actions européennes. L'Eurotoxx50 gagne +5.07%, le DAX +6.41% et le CAC40 +4.80%. En comparaison les actions US (S&P500 +1.93%) font pâle figure.

Les actions émergentes finissent légèrement en retrait. Les tensions en Corée du Nord ont pesé sur les actions asiatiques.

Côté secteurs, les cycliques sont à la fête poussées par de bons chiffres macro-économiques et une inflation en hausse. Le secteur automobile gagne plus de +10%, la chimie +8% et les sociétés liées à l'énergie +7%. A l'inverse, les secteurs plus défensifs sont à la peine. Ainsi, les Telecoms et le secteur Alimentation & Boissons font du sur place.

OBLIGATIONS : L'inflation fait flancher les obligations

Les taux à 10 ans prennent +0.22% sur le mois aux US, +0.11% en Allemagne et +0.33% au Royaume-Uni. L'inflation a surpris à la hausse en Chine, aux US et au Royaume-Uni.

Les « spread de crédit », c'est-à-dire la prime de rendement qu'offrent les obligations d'entreprises, sont toujours proches de leurs plus bas historiques. Evènement notable, le rendement des obligations High Yield (obligations de sociétés à la solvabilité médiocre) est tombé pour la première fois depuis 30 ans en dessous du rendement boursier (dividendes/cours). La rémunération des obligations est clairement très basse.

MATIERES PREMIERES : Un mois contrasté

Le pétrole rebondit fortement (+7,48%). La croissance de la demande est ressortie meilleure que prévue. Dans le même temps les ouragans dans le golfe du Mexique ont perturbé la production. Enfin, l'OPEP semble pour une fois tenir ses membres. Les réductions de production sont conformes à ce qui avait été annoncé par l'organisation.

A l'inverse, les métaux ont fortement souffert sur le mois. Le minerai de fer perd plus de -19% et le cuivre -4,6%. Les métaux industriels souffrent de craintes d'un essoufflement de l'activité chinoise dans les mois à venir.

MACRO ECONOMIE

INDICATEURS AVANCES
Zone Octobre 3 mois Tendance Commentaires
ETATS-UNIS
Confiance des entreprises - PMI Fort rebond de la confiance des entreprises
Confiance des consommateurs La tendance s'essouffle
EUROPE
Confiance des entreprises - PMI La tendance positive continue et sur des niveaux élevés dans l'absolu
Confiance des consommateurs Retour d'une tendance positive robuste
PAYS EMERGENTS
Confiance des entreprises - PMI Les derniers chiffres sont positifs à l'exception notable de la Chine

Les statistiques économiques ont été bonnes dans les pays développés et plus particulièrement en zone Euro. On parle maintenant de +2,2% de croissance sur la zone alors que la croissance potentielle y est plutôt proche de 1%. Aux états-Unis on a assisté en septembre à un franc rebond de la confiance des entreprises augurant des mois à venir dynamiques. Seule la confiance du consommateur a stagné mais il est vrai sur des niveaux très élevés. Le taux de chômage a atteint un plus bas de 4,2%, soit une situation de plein emploi.

L'inquiétude (relative) des marchés se concentre sur la Chine. Les chiffres de croissance pour le 2ème trimestre ont été bons. Cependant, les estimations de croissance pour les mois à venir sont moins bonnes. Les indicateurs avancés pointent vers une décélération.

Préconisations

Général

La macro-économie est toujours positive en zone Euro. Elle surprend à la hausse aux US. A l'inverse après de bons chiffres au T2, la Chine s'essouffle. Les valorisations sont globalement élevées surtout aux US. L'inflation fait timidement son retour.

Actions

Allocation cœur :

• Préférence pour la zone Euro versus US.
• Préférence pour les cycliques, les financières et globalement le style value.

Allocation satellite:

• Actions émergentes: investissement attractif.

Obligations Souveraines

Pays développés -> rester à l'écart

Pays émergents : intéressant en devises locales (devise du pays émetteur de dette) et «devises dures» (la dette du pays est libellée en dollar US ou en euro).

Obligations Entreprises

US : du risque sans rendement. Rester à l'écart.

Zone Euro: des rendements faibles mais des bilans sains

Matières Premières

Le rebond est en cours mais les sociétés liées à l'énergie accusent toujours un retard important.

A surveiller

Inflation / Banques centrales

L'inflation est restée faible et en dessous des attentes depuis plusieurs trimestres. Toutefois elle monte en puissance depuis quelques semaines. Cela pourrait pousser les banques centrales, très hésitantes, à passer à l'action (hausse de taux pour la Fed, baisse des achats d'actifs pour la BCE). C'est le sens de la communication de la Federal Reserve américaine.

EUR/USD

Les changes reviennent sur le devant de la scène depuis quelques mois. Les marchés actions et obligations ont les yeux rivés sur les hauts et les bas de l'EUR/USD.

Réforme fiscale US

On en a parlé fin 2016, on l'a enterré au printemps et on en reparle depuis quelques semaines. Y aura-t-il une grande réforme fiscale comme promise par Trump ? Si elle venait à passer telle que la veut le président Trump, cela donnerait un coup de fouet aux marchés actions. Mais peut-elle passer en l'état ?

Avertissement

Ce document est exclusivement réservé à la clientèle de DLCM Finances . Il ne constitue en aucun cas un conseil d'achat ou de vente. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Il n'existe pas d'actif garanti.